Jouer au poker entre amis

Ce qui a commencé comme un jeu d’argent sur les bateaux à aubes et dans les arrières salles de la Nouvelle Orléans est devenu un jeu respectable où s’affrontent petits et grands, lors de parties privées. Le Poker est un jeu de société et beaucoup y joue sans argent, uniquement pour le plaisir. D’autres jouent à la maison pour améliorer leur technique afin de se préparer pour le jour où ils se décideront à franchir une porte d’un cercle de jeu. Les règles du Poker en parties privées sont moins strictes, les mises sont moins élevées et gagner de l’argent n’est pas toujours le but principal. Le Poker à la maison est d’abord un divertissement !

La partie privée

Les parties privées de poker ne sont pas automatiquement jouées à la maison. Vous pouvez lancer une partie de Poker amicale à peu près n’importe où. Il vous faut juste un jeu de carte, des amis et du temps libre. La partie privée est d’abord un jeu de société. Beaucoup sont pratiquées avec des jetons (1, 5, 10, etc.), sans valeur monétaire. Un terme plus approprié pourrait être « partie amicale ». Toutefois, cela n’assure pas au jeu d’être toujours calme et courtois. Certaines parties deviennent même quelque peu agitées.

Le Poker à la maison

La section « règle » présente les règles générales des différentes variantes du poker. Tous les Pokers suivent une structure identique, que ce soit l’Omaha joué en casino ou le Poker fermé joué entres amis un soir de vacances.

Les règles du Poker à la maison s’adapteront aux règles de la variante que vous avez choisi de jouer (voir les sections précédentes).

Conseil

Jouer pour de l’argent, jouer à l’amitié, jouer pour le plaisir, jouer pour s’améliorer… autant d’objectifs en soi pour jouer au Poker. Les meilleures parties entres amis sont celles où tous les joueurs partagent le même objectif.

Jouons aux Poker

Vous avez enfin décidé avec vos amis de vous lancer dans une partie de Poker « amicale ». Pour bien faire, vous devez discuter au préalable de la (ou des) variante (s) que vous allez pratiquer, décider où et quand tenir votre partie, et vous mettre d’accord sur les règles et conventions. Parfois, il suffira d’éclaircir certains points avant de commencer la première partie. Dans d’autres cas, vous intègrerez un groupe de joueurs déjà établi, avec des habitudes et des règles déjà en place. Voici quelques astuces pour initier ou rejoindre une partie de Poker entre amis.

S’accorder sur les règles

La plupart des joueurs de Poker, y compris ceux qui sont devenus professionnels, ont commencé en partie privée, à la maison. Les variantes étaient simples et faciles à suivre. La complexité dans les règles vient ensuite, à mesure que le niveau des joueurs augmente et qu’ils se confrontent à de nouveaux challenges.

Pour vous familiariser avec les différentes variantes du Poker les plus couramment pratiquées dans les parties privées, visitez les sections précédentes vous présentant les différentes règles des variantes du Poker.

Conseils

A l’inverse des parties en établissement ou en ligne, le Poker pratiqué entre amis peut subir des variations dans les règles. Si tous les joueurs décident de jouer avec des jokers, pourquoi pas. Ils peuvent également décider de jouer en mode « choix du donneur » (dealer’s choice –le joueur assis au bouton décide quelle variante est pratiquée pour le prochain coup) ou jouer des mains de Poker à six cartes. Il suffit juste de s’assurer que tout le monde comprend et accepte les règles avant de commencer la partie.

Mettez-vous d’accord sur les règles

Un des avantages en jouant à la maison est que vous pouvez montrer vos cartes aux autres joueurs et leur demander conseil, au besoin. Vous pouvez même apporter un livre de règles de Poker à la table. Vous jouez pour le plaisir, non pour vous entre-tuer. Sur quelles règles devez-vous vous accorder ?

Voici quelques choix auxquels vous pouvez être confronté :

  • Où se tiendra la partie ?
  • Combien de temps durera la partie ?
  • Y aura-t-il des boissons et de la nourriture ? si oui, qui s’en chargera ?
  • La partie sera-t-elle intéressée ou jouée uniquement avec des jetons ?

Retour au menu jeux de poker

Apprenez plus de stratégie et phase de jeux pour le stud poker dans notre section strategie poker.

Le poker Omaha

Le poker Omaha est  de plus en plus populaire

Même s’il n’est pas aussi connu que le Texas Hold’em,  l’Omaha gagne de plus en plus en popularité à travers le monde. Relativement proche du Texas Hold’em, le poker Omaha n’en ai pas moins différent, ce qui oblige à adopter d’autres stratégies pour y exceller. On l’appelle parfois « Graduate Hold ‘em » (Hold’em amélioré), car beaucoup de joueurs chevronnés de Texas Hold’em approchent cette variante et s’offrent ainsi de nouvelles sensations. Comme c’est un jeu facile à apprendre, beaucoup de joueurs débutent le poker par l’Omaha. Jouez vous-même quelques parties d’Omaha pour savoir si c’est la variante de poker qui vous convient.

Testez également l’Omaha high-low ou le hi-lo. Le pot y est alors partagé entre la main la plus haute et la main la plus basse, se qui incite plus de joueurs à se maintenir dans le coup, constituant ainsi des pots plus conséquents. L’Omaha hi-lo est même en passe de devenir plus populaire que l’Omaha standard, où seule la main haute est prise en compte.

Les règles de l’Omaha

L’Omaha est un jeu dérivé du Texas Hold’em. Cette section vous explique l’Omaha comme si vous n’aviez jamais joué d’autres variantes de poker. Il vous faudra simplement avoir pris connaissance des bases dans la section « les règles ».

Pour ceux qui connaissent déjà le Texas hold’em, voici les principales différences :

A l’Omaha, on distribue 4 cartes privatives au lieu de 2 au Hold’em. Vous devez utiliser 2 de vos 4 cartes privatives pour former une main de 5 cartes. Même si cela ne paraît être qu’une petite différence, l’Omaha change drastiquement la façon de jouer par rapport au Hold’em.

Le jeu

L’Omaha se pratique avec un jeu standard de 52 cartes. L’objectif est de gagner le pot en détenant la meilleure main à l’abattage. 9 cartes sont disponibles pour chaque joueur : 4 cartes privatives et 5 cartes composant le tableau. Chaque main est composées des 5 meilleures cartes, en utilisant 2 des cartes privatives et 3 des cartes du tableau partagé par tous les joueurs.

On observe la hiérarchie standard du poker (voir la section « les mains ») .

Une fois les règles acceptées, le jeu commence et les 2 premiers joueurs à gauche du donneur sont invités à poser une mise, appelée blind, avant que les cartes soient distribuées. Le 1er joueur à gauche du donneur pose le petit blind et le joueur suivant pose le surblind. Les autres joueurs peuvent suivre, relancer ou passer.

Une table d’Omaha peut réunir de 2 à 10 joueurs, le jeu étant limité par la taille du jeu de cartes.

Tour d’enchères

Il y a 4 tours d’enchères à l’Omaha. Le donneur, identifié par un gros jeton blanc sur lequel est inscrit « dealer », « D » ou encore « bouton », distribue 4 cartes à chaque joueur, une à une et face cachée. C’est la main de départ de chaque joueur ou main privative. Un tour d’enchère commence alors. Dès que les mises sont au même niveau, 3 cartes sont distribuées au centre du tapis, face en haut. C’est ce qu’on appelle le flop, qui constitue les premières cartes communes, partagées entres tous les joueurs. Un second tour d’enchères commence alors.

Le donneur retourne une 4ème carte, appelée turn ou tournant, face ouverte à droite du flop. Le troisième tour d’enchère peut commencer. Les joueurs peuvent alors miser, checker, suivre, relancer ou passer, jusqu’à ce que tous les joueurs encore en lice se retrouvent à égalité d’enchères.

La 5ème carte, appelée river ou rivière, est retournée à droite de la turn. Le quatrième et dernier tour d’enchères commence.

Une fois ce dernier tour d’enchères terminé, on procède à l’abattage. Tous les joueurs encore en course montrent leur main finale, toujours composée de 5 cartes, avec 2 de leurs 4 cartes privatives et 3 des 5 cartes communes du tableau. La meilleure main est désignée comme gagnante et remporte le pot. En cas d’égalité le pot et partagé. L’Omaha est joué en variantes limit, pot-limit et no-limit. A l’Omaha, la variante la plus jouée est certainement le pot-limit, où chaque joueur peut miser au maximum à hauteur du pot courant, au moment de sa mise. En variante limit dite aussi limites fixes, les mises sont fixées à une certaines hauteur pendant les 2 premiers tours d’enchères et doublées pour les 2 derniers. En variante no-limit, les joueurs peuvent miser et relancer du montant qu’ils désirent. Les autres joueurs devront s’aligner ou passer.

Sauf indication contraire, le petit blind est équivalent à la moitié de la plus petite mise et le surblind équivalent à celle-ci. Par exemple, dans une partie à 5-10€, le montant du petit blind est de 2.5€ et le surblind de 5€.

Retour au menu jeux de poker
Apprenez plus de stratégie et phase de jeux pour le poker Omaha dans notre section strategie poker

Les probabilités au poker

La cote des cartes

Le poker est un jeu de probabilités ou de cotes. Par exemple, si vous recevez trois cartes, vous aurez une cote de 5 contre1 d’avoir deux cartes de même valeur formant une paire. Comme le poker est un jeu incluant de la chance, mieux vous connaissez la cote d’un événement, mieux vous prenez vos décisions et plus vous augmentez vos chances de gagner.

Cotes des cartes

Le nombre de combinaisons de cinq cartes différentes dans un jeu de 52 cartes est de 2598960. Vous recevez une quinte royale une fois sur 649740, ce qui explique que beaucoup de joueurs n’en recevront jamais de toute leur vie.

(Si vous jouez 60 mains par heure à raison de 40 heurs par semaine, vous recevrez une quinte royale tous les 5 ans et 73 jours en moyenne).

Combinaisons possibles avec 52 cartes
Ordre décroissant Fréquence moyenne
Quinte flush royale 1 sur 649 740
Quinte flush 1 sur 72 193
Carré 1 sur 4165
Full 1 sur 694
Couleur 1 sur 509
Quinte 1 sur 255
Brelan 1 sur 47
Double paire 1 sur 21
Paire 1 sur 2,4
Carte haute/basse 1 sur 2

Chaque variante présente des probabilités différentes selon le nombre de cartes distribuées par joueur (cinq, sept ou neuf) et le nombre de joueurs actifs (deux à douze). Des grilles d’amélioration sont aussi disponibles pour les cas où le joueur détient une combinaison donné et espère toucher une combinaison supérieure, comme dans le poker fermé par exemple.

Cotes du pot

Il peut être valable de payer une enchère de plus pour voir une carte de plus, mais cela n’est pas toujours le cas selon le montant du pot et le nombre de joueurs présents dans le coup. Si la chance de gagner le pot est de 10 contre 1, si le pot est de 100 euros et si l’enchère à payer est de 5 euros, la cote est bonne et vous devez payer.

Cotes personnelles

Avec l’expérience, vous deviendrez de plus en plus doué dans la prédiction des actions adverses. Vous serez plus à même aussi de savoir si l’adversaire bluffe ou non. Là aussi, les lois de probabilités s’appliquent.

Cartes stratégiques

La section « Probabilité » vous présente des tableaux de probabilités. Vous trouverez aussi des cartes de probabilités dans les magasins de jeux. La plupart des casinos et cercles autorisent les joueurs à avoir ces cartes-là sous les yeux quand ils jouent, surtout quand il s’agit de débutants. Les joueurs plus évolués et les professionnels les ont mémorisées.

Valeur des cartes au poker

Les cartes du poker sont disponibles en deux formats : format « poker » (63*88 mm) et format « bridge » (57*88).

Curieusement, ce sont ces dernières qui ont la faveur des compétitions internationales. Toutes les cartes d’un même jeu ont le même dos mais une face unique. Un jeu standard comporte 52 cartes. Un jeu de carte standard comporte aussi deux ou trois jokers, utilisés dans de rares variantes. On trouve aussi chez certains fabricants une carte en plus qui rappelle les règles de base et la hiérarchie des combinaisons.

Valeurs et famille des cartes de poker

Les coffrets de jetons pour les parties privées comportent généralement leur valeur sur leurs faces. Dans les petites parties privées, les joueurs peuvent aussi préférer jouer avec des pièces, des allumettes, des haricots ou tout autre petit objet pouvant représenter une valeur.

Jetons de casino

Les cartes se répartissent en quatre familles :

  • Trèfle
  • Carreau
  • Coeur
  • Pique

Chaque famille se compose de 13 valeurs, qui sont les suivantes :

  • A=As
  • K=Roi
  • Q=Dame
  • J=Valet
  • 10
  • 9
  • 8
  • 7
  • 6
  • 5
  • 4
  • 3
  • 2

Si vous multipliez quatre familles par treize valeurs, vous obtenez 52 cartes. Maintenant que vous connaissez les cartes, il faut apprendre les combinaisons.

Comment utiliser les jetons au poker ?

On joue au poker avec de l’argent, mais il est hors de question de poser billets de banque et pièces de monnaie sur la table (quoique certaines petites parties privées puissent utiliser des pièces). L’argent est représenté à la table par des jetons. Un code couleur permet de savoir quelle valeur possèdent les jetons utilisés.

Jetons de poker pour les parties privées

Les coffrets de jetons pour les parties privées comportent généralement leur valeur sur leurs faces. Dans les petites parties privées, les joueurs peuvent aussi préférer jouer avec des pièces, des allumettes, des haricots ou tout autre petit objet pouvant représenter une valeur.

Jetons de casino

Les jetons de tournoi en cercles et casinos utilisent quatre ou cinq couleurs différentes, accompagnées ou non de la valeur. Chaque établissement utilise son propre système de correspondance entre couleur et valeur, même si, aux Etats-Unis surtout, un jeu de correspondance prévaut. Les couleurs les plus utilisées sont blanc, rouge, bleu, jaune, vert, noir et violet. Voici un exemple de correspondance couleur/valeur :

  • Blanc=1
  • Rouge=5
  • Bleu=10
  • Vert=25
  • Noir=100
  • Violet=500

Conseil

A la caisse du cercle, quand vous achetez des jetons ou quand vous vous faites rembourser, veillez à bien comprendre la valeur de chaque jeton. Au besoin, posez la question au caissier ou au donneur.

Texas hold’em, le poker le plus populaire

Le poker le plus répandu au monde est le Texas Hold’em. Il est joué à Paris, Lima, Londres et Los Angeles. En fait, dans les parties de Hold’em online peuvent se retrouver simultanément des joueurs de ces villes ou de n’importe quel endroit du monde. La popularité, toujours grandissante du Texas Hold’em, vient de ce que ses règles sont simples mais qui demeure difficile à jouer contre des professionnels. Tous les joueurs veulent en apprendre plus, et un jour, se payer une place au plus grand de tous les tournois de poker, le Main Event des World Series of Poker, où la variante pratiquée est le Texas Hold’em no-limit.

Les règles du Texas Hold’em

Le poker Texas Hold’em, que l’on écrit également Hold’em ou Holdem, est un jeu simple qui s’apprend rapidement mais qu’on met une vie à maitriser. Pendant ce temps, les joueurs peuvent jouer à des parties peu chères, voire gratuites, pour les aider à développer leurs compétences et gagner ainsi plus de pots.

Le jeu

Le Texas Hold’em se pratique avec un jeu standard de 52 cartes. L’objectif est de gagner le pot en détenant la meilleure main à l’abattage. Jusqu’à 7 cartes sont disponibles pour chaque joueur. La main de chaque joueur est composée des 5 meilleures cartes parmi les 2 cartes privatives et les 5 cartes du tableau, ou cartes communes. On observe la hiérarchie standard du Poker (voir la section « les mains »).

Une fois les règles acceptées, le jeu commence. Les deux premiers joueurs à gauche du donneur sont invités à poser une mise, appelée blind , avant que les cartes soient distribuées. Le 1er joueur à la gauche du donneur pose le petit blind et le joueur suivant pose le surblind (ou gros blind) . Les autres joueurs peuvent suivre, relancer ou passer.

Une table de Texas Hold’em peut réunir de 2 à 20 joueurs, mais la plupart des parties sont limitées à 10 joueurs du fait de la taille de la table.

En quoi le Texas Hold’em diffère-t-il du Stud ?

Le Texas Hold’em diffère du Stud sur plusieurs aspects importants. Tout d’abord, les cartes ouvertes du tableau de Hold’em sont des cartes communes, partagées par tous les joueurs. Ce qui veut dire que la main de départ de 2 cartes est plus importante pour un joueur de Hold’em. De même, la position pendant le tour d’enchères y est plus importante qu’au Stud. Elle change à chaque coup, mais de manière prévisible, le bouton se déplaçant autour de la table dans le sens des aiguilles d’une montre. Le tour d’enchères au Stud dépend de la hauteur des cartes du tableau, ce qui est un facteur aléatoire, donc non prévisible.

Tours d’enchères ou mises

Il y a 4 tours d’enchères au Texas Hold’em. Le donneur, identifié par un gros bouton blanc sur lequel est inscrit « dealer », « D », ou encore « bouton », distribue 2 cartes à chaque joueur, une à une et face cachée. C’est la main de départ de chaque joueur ou main privative. Un tour d’enchères commence alors. Dès que les mises sont équilibrées, 3 cartes sont distribuées au centre du tapis, face ouverte. C’est ce que l’on appelle flop, et qui constitue les premières cartes communes, partagées par tous les joueurs. Un second tour d’enchères commence alors.

Le donneur retourne une 4ème carte, appelée turn ou tournant, face ouverte à côté du flop. Le 3ème tour d’enchères peut commencer. Les joueurs peuvent alors miser, checker, suivre, relancer ou se coucher, jusqu’à ce que tous les joueurs encore en lice se retrouvent à égalité d’enchères.

La 5ème carte, appelée river ou rivière, est alors retournée à côté de la turn et le 4ème et le dernier tour d’enchères commence.

Une fois ce dernier tour d’enchères terminé, on procède à l’abattage et tous les joueurs encore en course montre leur main finale, toujours composée de 5 cartes. Elle peut se composée des 2 cartes privatives et de 3 cartes du tableau, d’une carte privative et de 4 cartes du tableau, ou même seulement des 5 cartes du tableau. La meilleure main est alors désignée comme gagnante et remporte le pot. En cas d’égalité, le pot est partagé.

Les joueurs professionnels de Texas Hold’em préfèrent souvent les parties dites Hold’em No-limit où l’enchère maximale n’est limitée que par la hauteur de leur tapis. Certains joueurs amateur ou semi-pro préfèrent les parties à limite fixe qu’on appelle le Hold’em limit (principalement aux Etats-Unis, beaucoup moins en Europe) . La variante la plus courante se joue à 2 limites fixes. Par exemple, une partie de Texas Hold’em limit 10-20 fixe l’enchère initiale à 10€ pour les 2 premiers tours d’enchères, puis à 20€ pour les 2 tours d’enchères suivant. Avec 3 ou 4 relances autorisées à chaque tour, un pot de Hold’em en limites fixes 10-20 peut tout de même atteindre 300€ par joueur…et totaliser donc plus de 1000€ !

Sauf indication contraire, le petit blind est équivalent à la moitié de la plus petite mise, ici 5€, est le surblind équivalent à celle-ci, soit 10€ dans notre exemple.

Chaque tour d’enchères est également limité, ou capé, à 3 ou 4 relances maximum, selon les règles établies en début de partie. Pour plus d’information sur les tours d’enchères au Texas Hold’em, reportez-vous à la section « enchères ».

Retour au menu jeux de poker

Apprenez plus de stratégie et phase de jeux pour le stud poker dans notre section strategie poker.

Comment miser au poker ?

Les décisions du joueur s’expriment à travers des enchères (mise), dont le but est de maximiser le gain et de minimiser la part de chance, ce qui relève d’une prise de décision évoluée.

Termes employé lors des mises

Pot

Le but du poker consiste à encaisser le pot, formé par les différentes enchères ayant eu lieu dans le coup. On peut aussi l’appeler pool ou poule. Un tour d’enchère se termine quand tous les joueurs ont misés à la même hauteur, les autres joueurs ayant passé (quitté le coup). Quand il reste 2 joueurs à la fin du dernier tour d’enchères, il y a abattage des mains et celui qui possède la meilleure main gagne le pot. En partie privée, le pot a généralement l’apparence d’une masse de jetons inorganisée. En casino et cercle, le plus souvent, le donneur arrange le pot en piles.

Ante-blind

Pour encourager les joueurs à s’intéresser au pot, ils paient un ante ou un blind avant de recevoir les cartes. Un ante est misé par chaque joueur pour le même pot. Un blind est misé par 1 ou 2 joueurs, généralement assis immédiatement à gauche du donneur. Dans une partie de Hold’em 1-2, par exemple, le jeu commence par le joueur assis à gauche du donneur et qui mise un petit blind de 1, et le joueur assis à sa gauche mise un gros blind ou surblind de 2.

Miser

Un joueur mise ou enchérit quand il met des jetons au pot.

Ouvrir

Le joueur ouvre en misant un enjeu au pot quand personne n’a encore mis dans ce tour d’enchères. Il décide d’ouvrir car il juge que ses cartes et la configuration du coup le justifient.

Passer

Le joueur passe quand il décide de quitter le coup, ce qui lui fait perdre les enchères qu’il a déjà faites. Ce sera notamment le cas quand il jugera la situation trop dangereuse pour lui ou quand il jugera que sa main n’est plus favorite. Le joueur passe en retournant ses cartes ou en les poussant devant lui. Il doit aussi dire « je passe » ou « fold ».

Suivre

Le joueur suit quand il mise à la hauteur de l’enchère en cours. Il dit : « je suis », « je paie », « payé », « collé », « je vois », ou « call ».

Checker

Le joueur checke quand il ne mise rien mais reste dans le coup. Il dit « check » ou « parole ». Tant qu’un tour d’enchère n’est pas ouvert, le joueur peut checker. Le premier joueur à parler peut donc toujours checker s’il le souhaite. Mais dès qu’un joueur ouvre le pot, les joueurs qui suivent ne peuvent plus checker.

Relancer

Le joueur relance quand il augmente l’enchère en cours. Si l’ouverture est de 10, les joueurs suivants peuvent suivre, passer ou relancer. Si l’ouverture est relancée, les joueurs suivants peuvent à nouveau suivre, passer ou relancer, etc. Un joueur peut relancer parce qu’il se sent favori ou parce qu’il souhaite rendre le coup trop cher pour ses adversaire et les pousser à quitter le coup. Le joueur dit « je relance » ou « raise ».

N’oubliez pas de consulter notre lexique bilingue du poker pour connaitre tout les termes employés au poker.

Découvrez le stud poker à 5 ou 7 cartes

Le Stud poker est surtout répandu dans la partie Est des Etats-Unis et dans certains pays d’Europe, comme l’Allemagne ou l’Autriche. Il existe plusieurs formes de Stud, mais la plus populaire est de loin le Stud à 7 cartes (seven stud). C’est typiquement un jeu domestique, mais on le rencontre aussi dans des casinos et sur internet. On le considère comme un jeu plus complexe que le poker fermé car, comme il comporte à la fois des cartes ouvertes et fermées pour chaque joueur, il met en scène des notions de mémoire et de calcul plus poussées. Il faut aussi savoir bien lire la main adverse pour savoir si on est meilleur ou moins bon qu’elle. C’est un poker amusant qui se répand de plus en plus aux Etats-Unis mais tend à disparaître doucement en Europe. Comme le Stud le plus courant est le Stud à 7 cartes, c’est à lui qu’est consacrée cette section.

REMARQUES IMPORTANTES : Les casinos français exploitent depuis les années 90 un jeu appelé « Stud poker » qui n’a rien à voir avec le Stud à 7 cartes. Il s’agit en réalité du « Caribbean Stud », où les joueurs affrontent tous le croupier et où ils n’échangent pas de cartes (sauf une seule dans certains cas) et ne peuvent relancer qu’une fois, au double de l’ante.

Un jeu proche porte le nom de « Pok 21 ». Il est exploité dans les cercles.

L’un comme l’autre ne présentent aucun intérêt stratégique qui justifierait leur étude dans ce site.

Les règles du Stud poker

Le Stud poker tient son nom de l’appellation d’origine, Stud-horse poker, dont on a perdu la justification. Comme ce jeu requiert davantage de compétences pour l’analyse du coup, il est davantage l’apanage de joueurs plus « sérieux », et notamment des joueurs qui ne pratiquent le poker qu’avec de l’argent. Le Stud a plus de tours d’enchères que le poker fermé, ce qui explique aussi les pots plus importants. Les diverses variantes du Stud en font un jeu fascinant… et rentable pour celui qui le souhaite et en a le talent.

Le jeu

On joue au Stud avec un jeu de 52 cartes. Le but consiste à abattre une main de 5 cartes gagnantes. La hiérarchie des combinaisons est la même qu’au poker fermé (voir « les mains »).

Quand les joueurs se sont mis d’accord sur les règles, chacun mise un ante.

De 2 à 10 joueurs peuvent jouer à la même table mais le nombre idéal est de 7. Au Stud à 7 cartes, le joueur reçoit d’abord 2 cartes fermées et une cartes ouverte, puis à lieu le 1er tour d’enchères. Ensuite, le joueur reçoit successivement 3 cartes ouvertes entrecoupées chacune d’un tour d’enchères. Enfin, le joueur reçoit un carte fermée suivie d’un tour d’enchères et de l’abattage pour comparer les mains. Comme d’habitude au poker, les joueur reçoivent les cartes une par une et dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le tour d’enchère est inauguré par le joueur qui possède la plus forte combinaison ouverte, sauf le 1er tour d’enchères qui est inauguré par le joueur qui possède la carte la plus basse (dans ce tour d’enchères, il doit miser une somme déterminée appelée le bring-in). La différence de donnes entre le Stud à 5 cartes et le Stud à 7 cartes est d’abord le 1er tour de donne qui fournit une carte ouverte et une carte fermée à chaque joueur, et aussi dans l’absence de carte fermée finale. Vous noterez que le Stud à 5 cartes compte 4 tours d’enchères et que le Stud à 5 cartes en compte 5.

Enchères ou mises

Comme le Stud impose plus de tours d’enchères que le poker fermé, chaque joueur a plus de décisions à prendre. Cependant, derrière chaque décision se cache cette question « quelles sont les chances que ma main soit la meilleure de la table ? ».

Connaître les cotes des cartes, du pot et des joueurs est décisif.

En plus, les joueurs de Stud doivent savoir quelles cartes améliorent leur main et si ces cartes sont live, c’est-à-dire si elles sont encore disponibles. Le joueur doit donc se souvenir des cartes qui ont été retirées de la table et tenir compte aussi de celles qu’il voit.

Le Stud à 7 cartes se joue presque toujours en limites fixes. Il implique 5 tours d’enchères : après 3, 4, 5, 6 et 7 cartes. Là encore, un tour d’enchères est clos quand tous les joueurs ont soit misé à la même hauteur, soit passé.

Après le dernier tour d’enchères intervient l’abattage qui permet de connaître la meilleure main et de lui attribuer le pot.

Retour au menu jeux de poker

Apprenez plus de stratégie et phase de jeux pour le stud poker dans notre section strategie poker.

Le poker fermé

Le plus ancien des pokers

Le poker fermé est la forme du poker la plus ancienne. C’est aussi la plus facile à apprendre et à pratiquer. C’est le poker des saloons enfumés vus dans les westerns.  Chaque joueur reçoit 5 cartes, puis a lieu un premier tour d’enchère. Quand il est terminé, les joueurs changent leurs cartes contre de nouvelles cartes pour améliorer leur main, après quoi a lieu le deuxième tour d’enchères. Les joueurs encore en lice montrent leurs cartes pour déterminer lequel est le gagnant du coup. C’est aussi facile que cela. Bien sûr, il y a beaucoup de stratégies gagnantes à découvrir, de même que d’autres variantes en jeu fermé. Cette section est idéale pour démarrer le poker.

Les règles du poker fermé

Bien qu’étant la forme fondatrice du poker, le poker fermé n’est plus guère pratiqué aujourd’hui que dans quelques parties privées. C’est aussi par lui qu’on apprend généralement le poker dans les familles grâce à sa simplicité.

Le jeu

On joue au poker fermé avec un jeu de 52 cartes. Dans la forme fondatrice, il s’agit d’abattre la combinaison la plus haute, mais on peu aussi le jouer en bas (low) ou en high-low (voir variante plus loin dans cette section).

Le nombre de joueur est compris entre 2 et 10, mais le nombre idéal est de 6 car il permet de jouer sans avoir à remélanger et redistribuer les écarts.

Quand tous les joueurs se sont mis d’accord sur les conventions, ils misent un ante au pot.

Le donneur distribue une par une 5 cartes à chacun, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Un certain nombre de parties obligent le 1er à miser à détenir une combinaison minimale (par exemple : une paire de valets). Quand un joueur possède ce minimum, il ouvre le pot et les autres joueurs peuvent suivre, relancer ou passer. Si aucun joueur ne peut ouvrir, les cartes sont rassemblées et remélangées, et le coup est redonné. En Europe, cette coutume d’ouverture minimum est plus rare et s’applique généralement à des coups spéciaux, à certains moments de la partie. Le reste du temps, aucun minimum n’est exigé.

Enchères ou mises

En commençant par le joueur assis à gauche du donneur, chaque joueur peut checker, ouvrir, suivre, relancer ou passer selon la qualité de sa main de départ.

Le 1er tour d’enchères est clos quand tous les joueurs ont soit misé à la même hauteur, soit passé. Le déroulement des enchères s’opère dans les limites imposées par les conventions choisies, sauf dans le cas du No-limit.

Puis le donneur demande au 1er joueur en lice à partir de sa gauche combien il veut de nouvelles cartes. Le joueur écarte ses rejets et le donneur lui fournit autant de nouvelles cartes. Le joueur les place dans sa main. A la fin de cet écart, le joueur doit toujours posséder 5 cartes. Puis le donneur fait de même avec le joueur suivant, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les joueurs aient procédé à leurs écarts.

Si un joueur ne demande aucune nouvelle carte, il déclare « servi ». Si un joueur demande 4 cartes, le donneur lui en fournit d’abord 3, puis une 4ème quand tous les joueurs ont reçu leurs nouvelles cartes. Si ce joueur se trouve être le dernier à servir, le donneur lui en donne 3, « brûle » la suivante et lui donne la quatrième. Certaines parties autorisent à un joueur à écarter 5 cartes.

Quand l’écart est terminé, à lieu un 2ème tour d’enchères. Là encore, chaque joueur peut checker, ouvrir, suivre, relancer ou passer selon la qualité de sa main d’arrivée. A la fin de ce tour d’enchères, les joueurs encore en lice comparent leurs mains respectives et la meilleure remporte le pot. Après quoi un nouveau coup peut commencer.

Retour au menu jeux de poker

Les règles de bases du poker

Dans un premier temps voici les régles de bases du poker, puis nous approfondirons d’autres régles :

    • Les règles du poker – les règles qu’on appliquera lors de la partie
    • Les mises au poker – comment miser en fonction des coups jouer
    • Les jetons – leurs fonctions et valeurs
    • Les cartes de poker – valeurs et famille de cartes de poker
    • Les joueurs de poker – Les différents types de joueurs rencontrer au poker
    • Mélanger les cartes
    • Le poker face à la loi – Légalité du jeu de poker
    • Un pas plus loin
    • Ethique au poker

Les règles du poker peuvent varier en fonction du jeu joué (Texas hold’em, stud…). Les joueurs s’accorderont avant la partie sur les règles à adopter en fonction du jeu.

Dans un premier temps nous verrons, ici, les règles de bases du poker de manière générale. Mais vous pourrez découvrir les règles propre à chaque jeux sur la page LES JEUX suivant le poker que vous voudriez jouer.

Le poker est un jeu, c’est à dire une activité destinée à distraire. Comme tous les jeux, le but est de gagner et comme tout jeux le poker à des régles.A la différence de bien d’autres jeux, vous mesurez vos performances à l’aide d’argent ou de son équivalent (jetons). Les joueurs gagnent en abattant la meilleur main ou en faisant croire à l’adversaire qu’ils ont la meilleur main ( le bluff), auquel cas l’adversaire préfère abbandonner ses enjeux sans abattre ses cartes. L’ensemble des mises ou enjeux forment le pot.

On appelle main les cartes possédées par le joueur. Les mains sont réparties selon une hiérarchie bien précise, expliquée dans la partie LES MAINS.

Dans la plupart des formes de poker, les joueurs encore en lice en fin de coup abattent leurs cinq meilleurs cartes pour comparer leur force. Dans d’autres versions, les joueurs possèdent cinq cartes; Cependant, dans des pokers comme le Texas hold’hem et l’Omaha, les joueurs disposent de plus de cinq cartes, mais ils n’en utilisent que cinq pour former leur main finale.

Même s’il existe des centaines de formes de poker, elles se regroupent en deux catégories principales et comportent de nombreuses variantes. Si les cartes sont distribuées face en bas, nous avons affaire à la famille des poker fermé. Si certaines cartes sont distribuées face en haut, nous avons affaire à la famille des stud. Deux variantes du stud sont devenues trés répandues et méritent leurs propre page : le Texas hold’hem et l’Omaha.

L’endroit où vous jouez vous dicte comment y jouer. On jouera différemment dans une partie privée à la maison, dans une partie gratuite sur internet et dans une partie no-limit en argent réel dans un casino.

La devise des joueurs de poker : plus vous connaissez le poker, mieux vous y jouez et mieux vous exploitez la chance.

Pour appronfondir vos connaissances en matière de poker, continuez par lire ces chapitres sur les cartes de poker et sur les jetons de poker. Vous ne pouvez jouer au poker sans savoir comment les utiliser.

Apprenez à mélanger vos cartes comme des professionnels grâce à notre tutoriel qui vous expliquera comment bien mélanger un jeu de cartes, tutoriel supervisé par un croupier de casino et partenaire de site de poker gratuit.

Les règles du poker

La première décision à prendre au Poker dépend des règles appliquée. Dans les casinos et cercles, les règles sont généralement affichées en salle ou inscrites sur un imprimé.

Certaines tables fonctionnent selon le système du « choix du donneur » (dealer’s choice). C’est alors le donneur qui décide de la variante qui sera jouée dans le coup qui débute. Si vous ne connaissez pas bien une variante, posez la question au donneur. Chaque joueur a été débutant un jour.

Les limites

Les enchères sont régulées selon 3 limites possibles. La première, le No-Limit, convient surtout au Hold’em mais c’est finalement la moins conviviale même si c’est la plus technique.

Dans une partie en limites fixes, les enchères sont fixées à l’avance. Quand une relance a lieu, tout le monde c’est à combien elle se monte. Chaque coup comporte 2 limites : la première s’applique au 1er stade du coup et la 2ème (généralement égale au double de la 1ère) s’applique au dernier stade du coup.

Par exemple, dans un coup de poker fermé 5-10, la relance vaut 5 lors des 2 premiers tours et 10 lors des 2 derniers.

Une partie Pot-limit permet au joueur de miser le montant du pot. Si le pot contient 32 jetons, le joueur peut ouvrir jusqu’à 32 jetons mais pas au-delà.

Le système dit table stake, de loin dominant, contraint les joueurs à se limiter aux jetons qu’ils ont devant eux pour miser. En freeze-out, les joueurs ne peuvent même pas racheter de jetons quand ils les ont tous perdus (ils sont alors éliminés).

Le joueur qui mise la totalité de ses jetons dit «tapis » ou « all-in». Les enchères continuent le cas échéant entres les autres joueurs, ce qui forme un 2ème pot indépendant du 1er. Selon la force de leur combinaison à l’abattage, un joueur peut recevoir les 2 pots, ou 2 joueurs prennent chacun un pot.

Conseil

Un abattage peut être de nature stratégique. En voyant les cartes d’un adversaire, un joueur peut savoir si celui-ci bluffait ou non, ce qui lui donne une information. Un joueur malin peut donc abattre sa main moyenne même si elle ne gagne pas le coup, dans le seul but d’inciter un adversaire à abattre lui aussi et de savoir s’il bluffait ou non.

Le banquier

Une des premières choses à faire avant de commencer une partie est de désigner le banquier. Les casinos et les cercles ont leur propre banquier professionnel, mais les parties privées doivent en désigner un.

La charge du banquier consiste à comptabiliser les jetons achetés par les joueurs en cours de partie, puis, en fin de partie, à faire les comptes en fonction des jetons restant à chaque joueur. Lui seul a accès à la mallette de jetons et à la fiche des comptes. Dans les cercles et casinos, aux tables de Cash-games, le banquier peut être le donneur ou ce que l’on appelle un changeur, c’est-à-dire quelqu’un qui est chargé de fournir des jetons aux joueurs assis.

Les banquiers ne prélèvent pas de commissions pour leur service. Mais le casino ou le cercle peuvent prélever une commission sur les chèques ou les retraits par carte.

Le donneur

Le donneur a 2 charges : distribuer les cartes et attribuer les coups. Le coup commence quand le donneur mélange les cartes, puis il les distribue aux joueurs une par une dans le sens des aiguilles d’une montre. Quand le coup est terminé, il désigne le vainqueur et pousse le pot vers lui. Dans les cercles et les casinos, le donneur ne prend pas part au jeu.

Dans la plupart des parties privées, le donneur est aussi un joueur et chaque joueur est donneur tour à tour. Dans ce cas, il parle toujours en dernier lors des tours d’enchères. Dans les parties dites « choix du donneur », c’est le donneur qui choisi la variante dans le coup qui débute.